I&I un documentaire sur la philosophie rastafari

12,00 €Prix

Avec Ras Mweya Masimba, Ras Hailu Tefari, Ras Bongo Wa, Ras Moses "Shuce", Empress Laurina James, Ras Kabinda, Ras Historyman Kiffin, Ras Patrick "Twicka Zebulun" Campbell, Ras Perty, Empresse Elisheba, Ras Paguiel, Empress Sheeba, Ras Nii, Ras Binghi, Ras Prof I, Ras Mose J. James, Ras Takura, Jah Malone, King Yankey, Jah Hero Mawuli, Ras Uncle Nash, Empress Anny Sista Dan, Grace "Mama Africa" Rhoomes, Ras Fofo Levi, Jah Kwesi, Ras Daddy Bosco, Ras Little Joe, Ras Fa Jah Jah, Desmond Martin, King Pele, Priest Archibald, Pump, Ras Black Prince, Ras Man Job, Ras Henry "Jah D" Pierre, Ras Idread.


53'20 - Couleur - PAL

Bonus inclus.

Téléchargement numérique inclu.
Audio : anglais, français
Sous-titres : français, anglais
Montage : Julien Colin et Julie Hamiti
Musique originale: Florent Estienne et Pitchoun dou Baou.

Julie Hamiti découvre la spiritualité rasta durant un séjour au Sénégal. Littéralement happée par cette philosophie, c’est caméra sur l’épaule qu’elle va partir seule de l’Afrique aux Antilles à la rencontre de membres du mouvement rastafari afin d’en saisir les tenants et les aboutissants. De ce voyage de huit mois, Julie rapporte des témoignages et des souvenirs poignants qui vont constituer l’ossature de son documentaire sur la philosophie rasta I & I.

 

Entre témoignages, récits et réflexions, I&I tord le cou aux idées reçues et au folklore. L’image d’Épinal du rasta/reggae/pétard part en lambeau façon Banksy à l’écoute de ces femmes et ces hommes qui ont fait le choix d’une vie simple et rudimentaire loin de l’establishment, centrée sur une quête spirituelle. Placés sous la protection de l’étendard vert jaune rouge, en interaction totale avec la nature, ces Nazaréens comme se qualifie elle-même Empress Elisheba de Martinique, ont pour certains payé un lourd tribu à Babylone pour vouloir vivre libre hors de ses griffes. Le Dominicain Ras Moses James de Délices, rescapé du Dread Act, raconte les violences – et leur séquelles gardées à vie, dont il a été victime pour le simple fait de porter des dreadlocks ; Ras Bongo Wa, compatriote de Giraudel, a écopé de sept ans de prison pour son activisme « politique »... son camarade de lutte, Ras Kabinda, condamné à la pendaison, est parvenu à s’évader pour rejoindre Shashamane où Julie a pu le rencontrer. Le documentaire met ici le doigt sur un pan sombre et fort méconnu de l’histoire du mouvement rasta sur cette petite ile de la Dominique. Mais la foi et la conviction sont plus fortes que tout. Il y a une lueur, un éclat, un sourire étincelants terriblement touchants dans le regard de tous ces protagonistes qui ne trompe pas. Rasta is Love !
 

Essentiel.

0

© 2005 - 2019  ROOTSBLOGREGGAE

Mentions légales