african POSTman

Le palais du Jubilée.

18/08/2007

Le 12 septembre 1974, Son H.I.M. Hailé Sélassié I encadré de membre du Derg descend les marches de sa résidence, le Palais du Jubilée, pour s’engouffrer dans une Coccinelle Volkswagen blanche. C’est l'une des dernières photos qui sera prise du souverain vivant. Ce comité militaire prosoviétique mené par Mengistu mis fin à près de 50 ans de règne du dernier Roi des Rois éthiopien par une révolution débutée en juillet (le Derg se forme le 5). Par un communiqué le décès d’Hailé Sélassié est annoncé le 27 août 1975, officiellement de mort naturelle mais c’est étouffé dans son lit qu’il fut aidé à rendre l’âme. Le corps inhumé  sous le bureau de Mengistu, ce n’est que depuis novembre 2000 que le Négus repose près de l’Impératrice Menem, son épouse disparu en 1962, sous le nef de la Cathédrale de la Trinité à Addis Abeba.

Depuis l’arrestation de Ras Tafari Makonem, son palais est resté tel qu’il le quitta ce 12 septembre, et n’a connu aucune spoliation et/ou transformation. Pour la première fois, la journaliste Gwénaelle Lenoir et le photographe Pascal Maître ont pu pour le magazine GÉO visiter, s’imprégner et capturer derrière un objectif les quelques 200 pièces de ce "Versailles éthiopien" (GÉO). Le numéro 342 du mois de ce mois d’août consacre ainsi un magnifique article, à la frontière du porte folio, à cette expérience unique et extraordinaire.

Outre le sujet traité, l’intérêt de se penchez sur ce reportage est son caractère totalement inédit, puisque jamais n’avaient été publiées de photos de l’intérieur du Palais du Jubilée  depuis le dépôt de l’empereur éthiopien.Tout en revenant succinctement sur la vie de Hailé Sélassié, G. Lenoir nous fait partager les souvenirs de Mariam Senna Asfan Wossen et Behode Mariam Makonem, petite-fille et petit-fils de Sélassié, de Ahmad Tsadik, agent de chemin de fer et contemporain de l’empereur, et de Gima Wolde Giorgis, ancien président de la Chambre des députés sous Son H.I.M. aujourd’hui Président de la République éthiopienne. Les clichés de P. Maître illustrant l’article sont tout simplement magnifiques et remplis d’émotion.

Une multitude de femmes de ménage, de techniciens, de jardiniers et de mécaniciens s’affèrent quotidiennement à garder la résidence royale comme elle l’était au départ de son occupant. Uniformes à la mode britannique et couvre chef assortis, soulier, extenseur et vélo d'appartement, Limousines et calèches sont prêts à reprendre du service. Des lions brodés, sculptés, peints, naturalisés ou bien vivants semble scruter l’apparition du souverain à l'angle d'un couloir, à la porte de son bureau ou dans les jardins d'une résidence qu'il fit construire au début des 1960.

Nous ne pouvons que vous inciter à dégoter le magazine  pour découvrir par vous même ces photos exceptionnelles d'un lieu où le temps est suspendu depuis ce 12 septembre 1974 et ne reprendra qu'a l'impossible retour de son souverain d'occupant... Et l'autorisation donnée par le gouvernement à la réalisation d'un musée dans une partie du monument n'y changera rien... enfin il faut l'espérer ! Time will tell...

 

Please reload

  • Facebook Long Shadow
  • Instagram
  • SoundCloud Long Shadow
0