african POSTman

Tribute Augustus Pablo, à la recherche de la cassette perdue - Part One.

05/09/2018

 

Début mai 2018, un après-midi.

Le mobile vibre, affichant le nom du correspondant, K-Lee. Je réponds. Après les salutations d’usage, K-Lee m’annonce : « J’ai pris un aller pour la Martinique, je pars m’installer... J’ai vidé et trié ma cave et devine ? Je les ai retrouvées. Toujours intéressé ?  »

*

C'est à la suite de la parution d'un article consacré à l’artiste Fluoman en décembre 2009 que nous l'avons découverte.

Nous l'avions reçue dans le courant du mois suivant accompagnée du message : « Pour compléter votre article, signé, Gadjet ». C'était une petite boîte de plastique encore habillée de son film protecteur d’origine. Elle affichait sous le lettrage Tribute Augustus Pablo, un portait de ce dernier jouant du mélodica. D'un seul coup d’œil on en reconnaissait le style, celui de Fluoman. Les noms d’artistes jamaïcains et français – dont celui du peintre – et le logo de Consciousness, constituaient les uniques informations disponibles avant d’ouvrir le boîtier translucide.

 

*

Présentée au grand public en 1963 en même temps que le premier magnétophone – le E1-3-300, la cassette audio, aussi appelée minicassette ou musicassette (compact audio cassette en anglais), a été inventée en 1961 par la firme Philips. Le principe consiste en un boîtier en plastique comprenant deux bobines autour desquelles est enroulée une bande magnétique. Sur chaque face de la bande sont écrits deux canaux - ou pistes - en parallèle permettant ainsi un enregistrement stéréo.

*

Antoine 'Fluoman' Tricon naît à Paris en 1952. Il passe sa jeunesse à Marseille suivant son père agent maritime, puis s'installe dans la ville de Chartres au début des années 1980, pour y rester jusqu'en 2000. Dans les années 70, à ses débuts d’artiste, avec sa femme Catherine, il fait des sérigraphies politiques que le couple colle sur les bus qui passent pour ensuite prendre ses jambes à son cou. Après des études d'arts plastiques à Toulouse et à Lyon, il devient professeur et découvre le reggae. Il guette la moindre sortie de 45T jamaïcains, la moindre photo de chanteur ou musicien qu'il reproduit sur la toile en utilisant de l'acrylique fluorescente, d'où son nom d'artiste.

La technique employée par Fluoman permet à chacune de ses œuvres, tout étant unique, d'être déclinée en infinies versions. Tel le riddim qui au gré d'interprétations et mixes connaît une multitude de variations, Fluoman offre différentes visions d'un même tableau et ce en fonction de la nature et de l'inclinaison de son éclairage. Chaque peinture réagit à la lumière noire (ultraviolet) faisant ressortir ainsi des contrastes invisibles à l’œil nu. Converti au Rastafari dans les années 1980, il placera le reggae - plus encore que Rasta, et l'Afrique au cœur de toute son œuvre.

*

Le boîtier ouvert, il libérait une jaquette à rabat au creux de laquelle se lovait une cassette. Imprimée recto/verso en couleur et noir et blanc, la jaquette proposait deux déclinaisons du portrait d’Augustus Pablo de couverture, et apportait tous les détails ou presque. La cassette contenait une heure et demi de musique : se succédaient entrecoupés d’interludes parlées des titres – parmi les plus emblématiques du producteur et musicien, morceaux déclinés en versions. L’originalité, le format, l’authenticité, la passion qui se dégageaient piquèrent véritablement notre curiosité. Avec l’aide du donateur - remercié mille fois, et armés de patience nous partîmes sur la piste de l’initiateur et concepteur du projet, un certain K-Lee.

*

La cassette audio permet d'enregistrer et d'écouter de la musique ou tout autre type de source sonore à l’aide d’un magnétophone qui applique à la bande magnétique une vitesse de défilement en moyenne de 4,75 cm par seconde. Avant les années 1980 et l’apparition du système auto-reverse - une tête de lecture double lit la bande dans les deux sens par inversion de son défilement, l’utilisateur se devait de retourner la cassette pour écouter l’autre face. Elle a également été utilisée pendant un temps comme support de stockage de données informatiques. Les premiers Personal Computers (IBM, Apple, Oric...) utilisaient la cassette pour l’installation de programmes, la sauvegarde d’informations. Peu fiable, elle a été rapidement remplacée par la disquette dans les années 1980.

*

Fluoman va participer à l'effervescence du reggae en France dès les années 1970. Il fut un des pionniers de la culture rasta dans l’Hexagone. Fréquentant le milieu reggae underground, il rencontre José Jourdain qui ouvre en 1979 avec son frère la première boutique spécialisée reggae à Paris, Blue Heaven, dans la galerie des Champs Élysée. Dans le même temps, Jourdain lance son label Jah live et fait appel à Fluoman pour lui dessiner non seulement le logo mais également plusieurs pochettes des productions du label tel pour Beware de Yabby You et Come Zion side happiness de King Sounds en 1981, les compilations Ital observer style et Rock on sorties en 1983. Il signe également les illustrations de Lion Rock de Culture sorti sur DiscAZ, de Harder then the best une compilation Island de Burning Spear (suite à sa rencontre avec Chris Blackwell dans les couloirs de Radio France) et sur ce même label la pochette du maxi Cocaine in my brain de Dillinger, ainsi que celle du premier maxi de Steel Pulse Burn them. Le label Jah Live organisa également des concerts à Paris avec des Jamaïcains qui, pour la plupart, venaient en France pour la première fois. Au cours de ces concerts, Culture au Bataclan, The Congos pour la sortie de Heart of the Congos, Ras Michael ou encore Lone Ranger, Fluoman exposait ses toiles en décors de scène, le back drop, qu'il éclairait pendant les prestations des artistes. Il nomma ce principe d'éclairage en live Sound system fluo ou Fluo system, principe qui donnera naissance au court métrage Fluo System réalisé en 1981 montrant les possibilités de mixage de lumière sur ces toiles...

*

Gadjet nous avait prévenu : « Il vous faudra être patients, K-Lee est sur les routes et est difficilement joignable. » Nous avons donc attendu, attendu, attendu... et puis en septembre 2010, l’initiateur de Tribute Augustus Pablo se manifestait. Nous allions enfin connaître l’histoire de la cassette qui depuis neuf mois n’avait cesser de dérouler ses bobines, face après face, pour le plus grand plaisir de notre magnétophone portatif...

 

À suivre...

 

Photo prise par Big Crazy (autre membre de Dub Wize) dans l'atelier de Fluoman, entre 1997 et 99.

De gauche à droite : Gadjet, Fluoman et K-Lee. (Gadjet, archives personnelles)

 

 

Please reload

  • Facebook Long Shadow
  • Instagram
  • SoundCloud Long Shadow
0