african POSTman

Ray Hurford, The Small Axe Album Guide to Ragga (vol.1).

04/06/2019

Le 29 septembre prochain, Ray Hurford fêtera les quarante ans de la sortie du premier numéro de son fanzine Small Axe. Quarante années que ce Londonien, passionné invétéré de musiques jamaïcaines, interviewe, collectionne, répertorie, collabore et publie, avec sa maison Muzik Tree, fanzines donc mais aussi livres, livrets et autre répertoire, devenus aujourd’hui des références. À quelques semaines des bougies d’anniversaire, Ray vient de commettre un nouveau Small Axe Guide consacré à l’ère Ragga, qui répertorie plus de 200 albums parus durant la période s’étalant de 1985 et 1989.

[english version by Deepl below]

Après environ cinq ans d’activité et de création intenses, les formations majeures de studio que sont The Roots Radics, Sly and Robbie ou High Times Players de China Smith commençaient en 1985 à être à court d’idées. De leur côté, Tubby, Jammy, suivis ensuite de Gussie Clarke, développaient un son nouveau par l’emploi de boîte à rythmes, qui bientôt changerait définitivement la face du reggae. En entrant dans l’ère du digital, le reggae n’a pas séduit tous les fans attachés à une musique jouée par des musiciens, mais il a acquis de nouveaux adhérents : ces rythmes machine plus rapides, le Sleng Teng riddim de Jammy en tête, et les chansons étaient adorés dans les dancehalls de Jamaïque, d’Amérique du Nord et d’Europe.
En 1985, la musique jamaïcaine, disons moderne, approche les vingt-cinq ans. Il y avait énormément à explorer dans cette histoire musicale. Le label Trojan, né en 1968, a constitué avec Dave Hendley (fondateur du fanzine Rebel Music) et Chris Lane une collection impressionnante. Avec l’arrivée de Steve Barrow** au sein du label, le nombre de ses sorties à cette époque est considérable et de très haut niveau.
Une autre raison, et pas des moindres, de la nécessité de se replonger dans cette période charnière, est l’évolution majeure qui va s’opérer en terres saxonnes. Alors qu’au début des années 1980 le dub y est devenu stepper sous les doigts de Mad Professor et expérimental sous ceux d’Adrian Sherwood avec son label On-U Sound, sous l'émergence des boîtes à rythmes et des séquenceurs le dub prend tranquillement, la voie-x du digital. L’emploi de machine permit à Jah Shaka de produire rapidement des pistes rythmiques à moindre coût. Avec ses productions qu’il joue dans son sound system, il va influencer tout une nouvelle génération de jeunes dub makers comme Jah Rej, Disciples ou Alpha & Omega.
Le terme ragga employé ici par Hurford pour qualifier la période, est typiquement européen. En Jamaïque cette dénomination n’eu jamais vraiment court, lui préférant l’appellation générique dancehall. Quoi qu’il en soit, le mot ragga serait emprunté, et donc attribué, à Junior Delgado avec son succès Raggamuffin Year sorti en 1986 sur Mango.

En 160 pages, ce premier volume chronique, précisément, 222 albums** classés par artistes dans l’ordre alphabétique jusqu’à J, de Admiral Tibet à Justin Hinds and the Dominoes. En fin d’ouvrage, les galettes sont listées par année de parution. Un travail, comme de coutume avec Ray Hurford, sérieux et efficace. Seul sempiternel point négatif, finalement à la limite de la marque de fabrique : la mise en forme, disons maladroite, qui pourrait en décourager plus d’un. Le passionné est en de ça du simple aspect du contenant, il se fie au contenu.
Gageons dores et déjà que le second volume qui fera suite reprendra à K.
 

 

The Small Axe Album Guide To Ragga 1

Ray Hurford

Muzik Tree 2019

160 pages noir et blanc, english (facile)

 

 

Ray Hurford pour les nuls...

En 1978, Ray Hurford édite à Londres le premier numéro de son fanzine Small Axe qui va devenir au fil des publications une référence incontournable pour toute une génération d’aficionados.

C'est à la maison familiale, où l'on écoutait volontiers Fats Domino, Lloyd Price et beaucoup de musique de Nouvelle-Orléans, que Ray découvre la musique jamaïcaine au travers du petit écran. En ce soir de 1968, à peine voit-il Desmond Dekker chanter 007, que le jeune londonien contracte une reggaeïte aiguë ! À partir de ce jour, il va amasser les 45T glanés dans les boutiques spécialisées. 

En Grande-Bretagne dans les années 1970, les publications consacrées au reggae, en plus d'être souvent éphémères, se comptent sur les doigts d'une main : Pressure Drop du journaliste Penny Reel, Rebel Music de Dave Hendley (qui travaillera ensuite pour le label Trojan) ou encore Ital Rockers de Dougie Thompson. C'est en réaction à une presse musicale passant sous silence la musique yardie en pleine age d'or, que Ray se lance dans la réalisation de son fanzine. Il sort le premier volet le 29 septembre 1978 qui sera suivi jusqu'en octobre 89 de vingt-sept numéros. Chose déterminante dans l'histoire de Small Axe : le fanzine est distribué jusqu'en Finlande, par Tero Kaski propriétaire du label et magasin Black Star à Helsinki. Ce dernier, en s'installant à Londres en 1981, propose son aide à notre passionné dans la conception graphique et la mise en page, problème majeur de Ray. Le scanner est à l'époque de l'ordre du film d'anticipation ! Leur collaboration débute pour le volume 13 avec Yellowman en couverture. Fourmillant d'infos, chaque numéro est parsemé d'interviews que réalisait Ray sur le sol britannique, auprès d'artistes installés ou de passage.​

À la fin des années 80, deux années avant la fin de la première série de la publication, Ray et Tero publient en 1987 leur premier livre, More Axe, qui regroupe approximativement les 5 premiers Small Axe. Suivront avec des articles totalement inédits, More Axe 7 en 1989 puis More Axe 8 l'année suivante, dernier volet en collaboration avec un de ses très bons amis Colin The Fencebeater Moore disparu en 2009 des suites d'une crise cardiaque. 

Après 10 longues années de sommeil, Small Axe refait surface à la fin des années 1990. Entre 1999 et 2000, Ray et Tero commettent à nouveau 5 numéros, le dernier publié quelques mois seulement avant le décès de Tero Kaski en 2001. Cette même année, en amateur maladif de versions, Ray réalise un rêve de jeunesse : il crée son propre label, Small Axe People, consacré logiquement à cette spécificité de la musique jamaïcaine.

Collaborant avec Jim Dooley, Chuck Foster, John Williams, Carter Van Pelt, Beth Lesser ou encore David Katz, Ray créé à la fin des années 2000 sa série Small Axe Guide : chaque numéro se présentent comme un guide consacré à des producteurs, à des chanteurs, des deejays  ou des groupes, à une période ou un style. Tout en poursuivant la collection More Axe, il a édité en 2017 une collection d'interviews sous forme de bookzines.

 

>>> Certaines publication de Ray Hurford sont disponibles au rayon LIVRES du RBR Shop.

*Fondateur en 1993 avec Andy Dodd, Bob Harding, Mick Huchnall et Elliot Rashman du label incontournable de rééditions Blood and Fire.
**Parus en Jamaïque, Amérique du Nord et Grande-Bretagne.

ENGLISH VERSION

 

On September 29, Ray Hurford will celebrate the 40th anniversary of the release of the first issue of his Small Axe fanzine. Forty years that this Londoner, an inveterate lover of Jamaican music, interviews, collects, lists, collaborates and publishes, with his house Muzik Tree, fanzines but also books, booklets and other repertoire, which have become references today. A few weeks before the birthday candles, Ray has just committed a new Small Axe Guide dedicated to the Ragga era, which lists more than 200 albums released during the period 1985 and 1989.

 

After about five years of intense activity and creation, the major studio groups The Roots Radics, Sly and Robbie or China Smith's High Times Players began to run out of ideas in 1985. Tubby, Jammy, followed by Gussie Clarke, developed a new sound by using a drum machine, which would soon definitively change the face of reggae. As it entered the digital age, reggae did not seduce all fans attached to music played by musicians, but it did acquire new adherents: these faster machine rhythms, led by Jammy's Sleng Teng riddim, and the songs were adored in dancehalls in Jamaica, North America and Europe.

In 1985, Jamaican music, say modern music, was approaching its 25th anniversary. There was a lot to explore in this musical history. The Trojan label, born in 1968, has built up an impressive collection with Dave Hendley (founder of the Rebel Music fanzine) and Chris Lane. With the arrival of Steve Barrow** within the label, the number of his releases at that time is considerable and of very high level.
Another reason, and not the least, for the need to immerse ourselves in this pivotal period is the major change that will take place in Saxon lands. While in the early 1980s dub became a stepper under the fingers of Mad Professor and experimental under those of Adrian Sherwood with his label On-U Sound, under the emergence of drum machines and sequencers dub quietly takes the x-rail of digital. The use of a machine allowed Jah Shaka to quickly produce rhythmic tracks at a lower cost. With his productions that he plays in his sound system, he will influence a whole new generation of young dub makers like Jah Rej, Disciples or Alpha & Omega.

The term ragga used here by Hurford to describe the period is typically European. In Jamaica this name was never really short, preferring the generic dancehall name. Anyway, the word ragga would be borrowed, and therefore attributed, to Junior Delgado with his hit Raggamuffin Year released in 1986 on Mango.

 

In 160 pages, this first volume explores precisely 222 albums** classified by artists in alphabetical order up to J, from Admiral Tibet to Justin Hinds and the Dominoes. At the end of the book, the discs are listed by year of publication. A work, as usual with Ray Hurford, serious and efficient. The only constant negative point, which finally became a trademark: the clumsy layout that could discourage many people. The enthusiast is in this of the simple aspect of the container, he relies on the content.
Let's bet that the second volume that will follow will resume at K.

 

Ray Hurford for Dummies....


In 1978, Ray Hurford published the first issue of his Small Axe fanzine in London, which became an essential reference for a whole generation of aficionados.

It was at home, where Fats Domino, Lloyd Price and a lot of New Orleans music were readily listened to, that Ray discovered Jamaican music through the television screen. On this evening of 1968, as soon as he saw Desmond Dekker singing 007, the young Londoner contracted an acute reggae act! From this day forward, he will collect the 45Ts collected in specialized stores. 

In Great Britain in the 1970s, reggae publications, in addition to being often ephemeral, can be counted on the fingers of one hand: Pressure Drop by journalist Penny Reel, Rebel Music by Dave Hendley (who later worked for Trojan label) or Ital Rockers by Dougie Thompson. It was in reaction to a musical press that ignored yardie music in the middle of the golden age, that Ray launched into the production of his fanzine. The first part was published on 29 September 1978 and was followed by twenty-seven issues until October 1989. A decisive factor in the history of Small Axe is that the fanzine is distributed as far away as Finland by Tero Kaski, owner of the label and Black Star store in Helsinki. When he moved to London in 1981, he offered his help to our enthusiast in graphic design and layout, Ray's major problem. The scanner is at the time of the order of the anticipation movie! Their collaboration begins for volume 13 with Yellowman on the cover. Packed with information, each issue is dotted with interviews that Ray conducted on British soil, with established or visiting artists.

 

In the late 1980s, two years before the end of the first series of the publication, Ray and Tero published their first book, More Axe, in 1987, which includes approximately the first 5 Small Axe. Then followed with totally new articles, More Axe 7 in 1989 and More Axe 8 the following year, the last part in collaboration with one of his very good friends Colin The Fencebeater Moore who died in 2009 after a heart attack. 

After 10 long years of sleep, Small Axe resurfaced in the late 1990s. Between 1999 and 2000, Ray and Tero again committed 5 issues, the last one published only a few months before Tero Kaski's death in 2001. That same year, as a sickly version lover, Ray realized a childhood dream: he created his own label, Small Axe People, logically dedicated to this specificity of Jamaican music.

 

Collaborating with Jim Dooley, Chuck Foster, John Williams, Carter Van Pelt, Beth Lesser and David Katz, Ray created his Small Axe Guide series at the end of the 2000s: each issue is presented as a guide dedicated to producers, singers, deejays or groups, to a period or a style. While continuing the More Axe collection, in 2017 he published a collection of interviews in the form of bookzines.

*Founder in 1993 with Andy Dodd, Bob Harding, Mick Huchnall and Elliot Rashman of the must-have Blood and Fire re-release label.
**Issued in Jamaica, North America and UK.

 

> Tags :

Please reload

  • Facebook Long Shadow
  • Instagram
  • SoundCloud Long Shadow
0

ARCHIVES

> Recherche par catégories 

> Recherche par tags