african POSTman

Nomad Skank, l’album de Youthie & Macca Dread qui vaut le voyage !

11/06/2019

Il est fort à parier que si l'on vous dit « trompette dans le reggae ? », deux, trois noms grand maximum vous viendront à l'esprit*. Et bien, depuis le 7 juin, vous pouvez ajouter à la liste, Youthie, jeune trompettiste parisienne, qui vient de sortir sur son propre label, un magnifique premier album, Nomad Skank. De retour du voyage musical inoubliable auquel l'artiste nous avait conviés, entre pistons et sourdine, nous sommes allés à sa rencontre...

« La trompette est un instrument très exigeant. Tu dois pratiquer tous les jours pour ne pas perdre tes positions de lèvres. Les muscles des lèvres perdent, si je puis dire, la mémoire très rapidement. Alors si tu ne joues pas plusieurs jours de suite, tu ne te positionnes plus correctement à l’embouchure et tu dois littéralement réapprendre tes positions... J’ai une trompette de voyage au cas où. Elle est plus courte, un son moins bon, mais elle me permet de ne jamais m’interrompre de jouer... »


C’est ainsi que Youthie, Juliette Bourdeix dans le civil, nous présente son instrument. Aujourd’hui, professeure en conservatoire, elle tâte du piston depuis toute petite. « Ma mère est pianiste et ma grande sœur jouait déjà du violon. J’ai donc commencé par le piano, puis j’ai testé le violon, mais ça ne m’attirait pas plus que ça. J’ai cherché l’instrument le plus différent de ceux pratiqués dans ma famille et j’ai découvert la trompette qui ne m’a plus jamais quittée. »


Armée d’une très solide formation acquise auprès de maîtres trompettistes tel Ibrahim Maalouf, encore étudiante, elle se rapproche des rythmes jamaïcains. « À cette période je faisais pas mal de festival comme le Reggae Sun Ska, mais j’ai toujours aimé le reggae, le ska, le rocksteady, surtout quand c’est instrumental.  J’ai lancé une annonce sur facebook pour trouver un groupe de ska. J'ai joué dans deux formations qui n'ont pas fait long feu. Et puis j’ai été contactée par Jahsian qui cherchait une trompettiste, pour monter un trio féminin. »
Juliette rejoint donc Gentiane Jahsian Lameloise au saxophone et la tromboniste Adélaïde Sista Ad Songeons en 2012 pour former les Natty Princess. Le premier trio de cuivres féminins de l’histoire du reggae sort en 2013 un premier album auto produit, Forward !, mélange de ska, rocksteady et reggae teinté de jazz (disponible rayon CD du RBR Shop). Quatre ans plus tard, le trio qui, entre temps, a vu Sista Ad être remplacée au trombone par Flora Bonnet, sort un second opus dans la même veine, Life is good (lire aussi notre article, disponible au rayon CD du RBR Shop). C’est au sein du groupe que Juliette acquiert son surnom. « À la fin des concerts, Jahsian nous présentait. Moi elle me présentait sous Youth ou Youthie. J’ai gardé le nom. »


Approchée par Lion du studio parisien Zulu Vibes, elle entame une collaboration avec Macca Dread, riddim maker bordelais de son état et intime du studio, qui va donner naissance à Silver Wind. Sorti sur Zulu Vibes en juillet 2018 – en CD à 300 copies ou en digital, ce premier EP est un instrumental showcase sur six riddims confectionnés par Macca Dread. En septembre suivant, elle apparaît en face B de la première production du label lillois Roots Keepers Sound avec Rootswoman Horns, trumpet version de Rootsman Skank de Jah Mamyah.

« Avec Nomad Skank, je propose un projet beaucoup plus personnel. Jusqu’à maintenant, si je puis dire, je n’ai fait que me poser sur des riddims ou des lignes plus ou moins déjà écrites. Pour Silver Wind, Macca Dread m’a envoyé les riddims, j’ai composé mes parties, je les ai enregistrées et c’est tout... J’ai voulu m’impliquer plus dans ma musique, alors, en parallèle, je me suis mise à composer. C’était en mars 2018. »
Le reggae pour ligne d’horizon, en l’espace de quelques mois Youthie couche sur le papier douze morceaux. « Pour chaque titre, j’ai commencé par trouver une grille d’accords au piano, puis j’ai définis le tempo, et ensuite j’ai écrit la partition pour chaque instrument. Macca Dread a enregistré les riddims dans son studio Unisson... D’ailleurs il y a quatre riddims de sa composition... Une partie des enregistrements et le mix se sont faits au studio Zulu Vibes. » Un travail en famille, puisque deux de ses trois soeurs sont du voyage : l’aînée Clara au violon et Alice Jalaya, une des cadettes à la flûte - la petite dernière pratiquant le trombone ! Si le trombone est logiquement assuré par Flora Bonnet des Natty Princess, Jahsian indisponible, c’est Bastien Ferrez que l’on retrouve derrière le saxophone qui, pour le coup, avec Jey Key, lui au clavier, remontent le taux de testostérones du groupe, parité oblige !

Youthie et son comparse Macca Dread proposent au final un tour du globe musical en seize magnifiques étapes. Laissant libre cours à son inspiration et ses influences, Youthie fait fit des frontières, traverse les continents, sa trompette comme seul passeport. Le titre d’ouverture Caravana plante le décor : sur une rythmique roots à la cadence animale, tel le camélidé dans un désert d’Arabie, sa trompette envoûtante se déploie comme une grande fresque cinématographique de la Columbia ou Metro Goldwyn Mayer. À plusieurs kilomètres de là, Oriental Skank se promène dans un palais des Mille et une nuits... Plus à l’Est encore, passé les montagnes du balkanique Nomad Spirit entre klezmer** et Emir Kusturica, le souffle de Youthie dans les voiles, Pagoda, sillonne une mer de Chine paisible...


« J’ai voulu chaque morceau différent, mais, qu’ensemble, ils composent un tout cohérent... Je me suis inspirée de mes influences, de mes expériences. J’écoute beaucoup de choses et je m’intéresse à d’autres styles... Par exemple pour Al-Andalus, c’est en rentrant de quelques jours passés en Andalousie que j’ai retranscris mon ressenti en me baladant dans Grenade ou Cordoue. Toute cette influence arabe restée présente dans l’architecture se retrouve dans le morceau. Sur Nomad Spirit je me suis inspirée de la musique juive, le klezmer, que j’ai étudié en musicologie... Pour Swing city, je me suis inspirée du jazz. Un titre sur lequel d’ailleurs, je fais un scat... Ou encore pour Blue Mountain, je voulais une mélodie très douce, très jamaïcaine. »
Quand on lui demande pourquoi une réelle absence de dub dans Nomad Skank, Youthie s’empresse de répondre, sourire aux lèvres : « Et bien, j’y pense fortement. Je me dirigerais plus vers un format vinyle... Un ou deux titres de l’album et leur version dub, en 45 tours peut-être. (...) J’aime improviser sur des morceaux dub en sound system. En soirée, quand je connais le sound, j’arrive avec ma trompette et ma pédale et je me pose aussi bien sur des versions dub roots que sur du dub anglais bien furieux... »

 

En attendant de nouveaux horizons, nous vous conseillons vivement Nomad Skank. Dépaysement garanti, qui plus est, dans le respect de l'environnent. Plus besoin d'avion pour voyager, l'album de Youthie suffit !


 

Youthie & Macca Dread

Nomad Skank

01. Caravana
02. Jungle Groove
03. Monkey Temple
04. Oriental Skank
05. Double Rainbow
06. Al-Andalus
07. Jaruco
08. Swing City
09. Nomad Spirit
10. Koala Walk
11. The Wild Horn
12. Edoras
13. Pagoda
14. Irie Land
15. Savannah
16. Blue Mountain

Youtie Records 2019

 

 

Les propos de Youthie ont été recueillis le 23 mai 2019, Paris.

NB : Il y a une coquille dans le nom de Youthie sur l'album, écrit sans hash... comprend qui peut !

*Par exemple : Johnny Dizzy Moore, Boby Ellis ou David Madden.

**Le klezmer est une tradition musicale instrumentale des juifs ashkénazes d’Europe Centrale et de l’Est. Développée à partir du XVème siècle, elle pourrait avoir pour origines les musiques moyen-orientales, d’Europe centrale, Slaves et Tziganes. 

 

Please reload

  • Facebook Long Shadow
  • Instagram
  • SoundCloud Long Shadow
0