african POSTman

Rechercher

Remembering Joe Gibbs...


Il y a tout juste 10 ans, le jeudi 21 février 2008, le reggae perdait l'une de ses grandes figures qui ont fait son histoire : à l'âge de 65 ans le légendaire producteur et musicien Joe Gibbs, propriétaire de studio et du label Gibbs Records, auteur de plus d'une centaine de hits dans les charts jamaïcains décédait d'une crise cardiaque. Joe Gibbs fut l'un des producteurs des années 1970 les plus influents de la Jamaïque.


D'abord entrepreneur, Joe Gibbs (né Joel Arthur Gibbons le 12 octobre 1972) ouvre dans les années 1960 à Kingston un magasin d'électronique, où il vend également des disques. C'est dans son arrière-boutique qu'il commence en 1967 à enregistrer, avec l'aide du génie des studios Lee Scratch Perry qui vient de quitter Clement "Coxsone" Dodd du non moins légendaire Studio One, pour fonder son propre label éponyme. Il s'adjoint les services de Winston 'Niney the Observer' Holness avec qui, en pleine période rocksteady, il capture The Pionneers, Lynn Taitt, ou Errol Dunkley. Prenant le train en marche du reggae, il produit The Heptones, Delroy Wilson, Ethiopians, Peter Tosh. En 1973, il sortira la première version de Money in my pocket de Dennis Brown.

Son label, Gibbs Records, va laisser une marque indélébile avec l'émergence du reggae et ce, jusqu'à l'arrivée du dancehall au cours des années 1980. S'associant à l'ingénieur Errol Thompson, il va former les Mighty Two, comme ils sont surnommés alors, paire à laquelle il faut ajouter les musiciens de studio, The Professionals. Les plus grands artistes passent entre leurs mains : Gregory Isaacs, Cornell Campbell, Junior Byles, Prince Alla, John Holt, Prince Far I, Dean Fraser, Mighty Diamonds, Dillinger, Barrington Levy, I Roy, Beres Hammond…

En 1977, il assoit sa renommée internationale avec le succès de l'album Two Sevens Clash de Culture, dont il produira également Baldhead Bridge. L'année suivante il sort le cultissime Uptown Top Ranking du duo Althea & Donna. Tout aussi indispensable la quadrilogie African Dub.

Les année 1980 sont moins glorieuses avec tout de même l'énorme succès Someone Loves You Honey de JC Lodge, titre qui va le mener à la et le contraindre à fermer boutique. En effet, Charley Pride l'auteur de ce titre, ne voyant pas les royalties tomber porte plainte. Poursuivi, Joe Gibbs est condamné à payer une somme énorme. En 1993, il réapparaît en rééditant son catalogue sur le label de son fils, Rocky One à Miami. Après ses filiales à New York, Sao Paulo et Miami, le label Joe Gibbs s'installe en Europe en 2005. Il commence alors un travail de réédition de classique et incontournables du label et se lance dans de nouveaux projet avec différents jeunes artistes.

Plus que recommandés, jetez-vous sur différentes, parmi d'autres, rétrospectives consacrées au travail de Monsieur Joe GIBBS :

The Mighty Two : Joe Gibbs and Errol Thompson, Hertabeat Records 1992..

Joe Gibbs scorchers from The Mighty Two, 17 North Parade/VP 2008.

Joe Gibbs scorchers from the Early Years,17 North Parade/VP 2009.

Joe Gibbs 12'' Reggae Discomix Showcase Vol. 1/2/3, 17 North Parade/VP 2009.

#culture #histoire

  • Facebook
  • Instagram
  • SoundCloud
0

© 2005 - 2020  ROOTSBLOGREGGAE

Mentions légales