african POSTman

Rechercher

COVERS, un livre du photographe Alex Bartsch : quand le reggae se fait tirer la pochette à Londres.


Les éditions d’outre-Manche One Love Books ont fait paraître en avril dernier un projet photographique des plus originaux avec le livre de Alex Bartsch, Covers : Retracing Reggae Record Sleeves in London. Dans un format à l’italienne, le photographe fait revivre des pochettes d'albums reggae dont les photos ont été prises à Londres et alentours, in situ, entre 1967 et 1988. En étroite collaboration avec Al ‘Fingers’ Newman de One Love Books, Bartsch a identifié et photographié les lieux où ont été initialement capturées les clichés : tenue à bout de bras, chacune des cinquante pochettes présentées ici revient, des décennies plus tard, se fondre dans son environnement d’origine. Entre Buckingham Palace et le parcours de golf de Wembley, de Piccadily au pont du Cutty Sark à Greenwish en passant par l’église paroissiale évangéliste St John, non loin de Notting Hill, vous croiserez les Wailers sur les marches du Albert Bridge à Chelsea, John Holt dans Holland Park à Kensington, Jackie Edward sur les bords du Regent’s Canal ou bien Johnny Clarke assis sur le capot d’une voiture garée Craven Park Road. À majorité anglais, les labels incontournables Trojan - fortement représenté, Pama, Greensleeves, Bamboo, Ariwa, Coxsone et autre Island Records côtoient des officines moins emblématiques mais tout aussi intéressantes comme Hawkeye, Carib Gems ou Keyman Records. Afin de rassasier les lecteurs avides d’informations que nous sommes, Bartsch et Newman ont retrouvé et interviewé des personnes impliquées d'une manière ou d'une autre dans la conception des différents albums - que ce soit l'artiste original ou le photographe, le concepteur ou un membre de la maison de disque. L’ajout des extraits de ces entretiens participe à la contextualisation de chacune des cinquante pochettes.

Visuellement époustouflant, Covers témoigne du rôle important de la capitale britannique dans l'histoire de la musique jamaïcaine. Du fait de sa forte population d’immigrés jamaïcains, Londres est devenue incontournable pour la musique jamaïcaine en Europe et ce depuis la naissance du ska. Lieu de création et de diffusion du reggae et consorts au travers les blues parties et les sound systems, terre de labels majeurs comme Trojan ou Greensleeves, elle est aussi un point de passage ou de chute pour de nombreux artistes yardies. Il n’est donc pas étonnant qu’elle ait été source d’inspiration pour l’illustrations des pochettes de disques. Le premier album présenté ici, Jackie Mittoo in London sorti en 1967 sur le label jamaïcain Coxsone, en est un parfait exemple. Si la plupart des titres de ce second album solo de Jackie Mittoo ont été enregistrés à Kingston (Studio One), certains furent capturés à Londres lors de son passage à l’occasion d’une tournée des Soul Venders, groupe dont il tenait le clavier. Le titre - quelque peu mensonger - est confirmé par une pochette usant d’une photo de l’artiste devant la statue d’un des quatre lions protégeant la célèbre colonne de l’amiral Nelson de Trafalgar square. Afin de situer les prises de vue, le livre est agrémenté d’une carte – somme toute sommaire mais suffisamment explicite pour en comprendre la répartition géographique, ainsi que de photographies inédites de Ged Grimmel, de Syd Shelton et de l’historien Noel Hawks qui signe également l’avant-propos de l’ouvrage. Alex Bartsch propose avec Covers: Retracing Reggae Record Sleeves in London, un retour vers le futur dans le monde du reggae fascinant qui ravira les fans, les accros de la pochettes et les globetrotteurs qui pourront y trouver une façon géniale et originale de découvrir la capitale britannique.

Alex Bartsch Covers: Retracing Reggae Record Sleeves in London One Love Books 2018 20x29cm - 130 p. English.

#londres #reggae #photographie

  • Facebook
  • Instagram
  • SoundCloud
0

© 2005 - 2020  ROOTSBLOGREGGAE

Mentions légales