african POSTman

Rechercher

Babylon, le film de Franco Rosso pour la première fois dans les salles françaises.


À peine était-il sorti interdit au moins de 18 ans dans les salles obscures britanniques en 1980, que le film Babylon réalisé par Franco Rosso – mise en scène par Martin Stellman, fut finalement censuré pour incitation à la haine raciale. Alors qu’elle est aujourd’hui encore interdite outre Manche ainsi qu’aux États-Unis, cette fiction sensationnelle méconnue, à la frontière du documentaire social, est pour la première fois projetée sur les toiles françaises, bénéficiant pour l’occasion d’une belle restauration par son distributeur, Les Films du Camélia.


Au début de l’ère Thatcher*, dans une Angleterre en crise, violente et raciste, dans les quartiers pauvres du sud londonien entre Brixton et Lewisham, Babylon conte les tribulations d’une bande de jeunes afro-caribéens passionnés de reggae, privés de droit en raison de leur couleur de peau. Parmi eux, la vie de Blue, jeune Rasta campé par Brinsley Forde, le chanteur du groupe Aswad, se résume en un combat quotidien. Entre chômage, policiers racistes, patrons et voisins xénophobes, le mécanicien navigue à vue dans une société britannique qui ne le comprend pas.

Cette permanente oppression, Blue l’évacue au micro de son Ital Lion Sound System avec le rêve secret de devenir LE sound le plus couru de la capitale. Mais pour accéder à la plus haute marche du podium, il lui faudra se mesurer au redouté et redoutable Jah Shaka qui joue ici son propre rôle... Un clash final qui donne lieu à une scène d’anthologie.


Témoignage unique de la culture des sound systems s’il en est, Babylon se regarde comme une radiographie de la société anglaise qui sans avoir su ou, pire, voulu assimiler la vague d’immigration jamaïcaine depuis l’indépendance de l’île en 1962, a laissé croître et se banaliser un racisme primaire et nauséeux dont sont victimes quotidiennement les « coons », les « jungle bunny » comme ils sont péjorativement appelés.


Long métrage coup de poing d’un peu plus d’une heure et demi à la bande originale exceptionnelle signée Dennis Bovell, quand ce n’est pas Aswad, Cassandra, I-Roy, Mickael Prophet ou Yabby U qui ambiancent des scènes mémorables**, Babylon est au sound system britannique ce que sont Rockers ou The Harder They Come pour le reggae : un film culte.


Immanquable !



Depuis le 14 octobre, Babylon est à l’affiche à Paris au Luminor Hôtel de Ville (75004), à l’Écoles Cinéma Club (75005), au Publicis (75008), à l’Entrepôt (75014) ; au cinéma Victor Hugo à Besançon, à l’Utopia de Bordeaux, à l’Utopia de Montpellier, au Comedia à Lyon, au Club de Grenoble, à l’Institut de l'image à Aix et au Méliès de St Etienne. D’autres salles suivront...


Affiche de Babylon pour sa sortie aux Etats-Unis en 1980.

* Chimiste de formation, non contente d’être la première femme à diriger le Conservative Party en 1975, Margaret Thatcher (1925-2013) est également la première femme à accéder le 4 mai 1979 au poste de Premier Ministre de Royaume-Uni, poste qu’elle conservera jusqu’en novembre 1990.

** La bande-originale est disponible en LP sur Chrysalis (UK) ou Takoma (US) et en cd sur EMI.


  • Facebook
  • Instagram
  • SoundCloud
0

© 2005 - 2020  ROOTSBLOGREGGAE

Mentions légales